Rechercher
  • Aire Sans Limite

Notre retour

Dernière mise à jour : 7 mars 2021

Parce que parfois on ne fait pas ce qu'on veut !


Photo prise le jour du départ devant l’aéroport

Notre départ fut rapide (4 mois) mais notre retour le fut encore plus 3 semaines.

Devant rester de plus en plus allongé, j'ai été voir le médecin que nous avions choisi comme médecin traitant. Pour lui je devrais rentrer en métropole pour faire des examens, en Guadeloupe ce n'était pas possible puisque que l’hôpital avait pris feu et que le seul IRM de l’île avait pris feu. Le médecin nous a donc conseillé de rentrer en métropole et de ne pas tarder. (Quelque années plus tôt on m'avait diagnostiqué deux discopathies)


Les filles aussi voulaient rentrer, leur village, leurs copines et la famille leurs manquaient, je n'étais pas en état de négocier quoi que ce soit ni d'essayer de les convaincre de rester 1 an de plus. Parce que moi aussi je voulais rentrer et savoir ce qu'il se tramait dans mon dos ...

Nous avons donc commencé par regarder les billets d'avions pour partir en Août et là surprise sur les prix affiché, vraiment hors de prix impossible pour nous de payer autant.

Alors nous avons cherché au moins cher, départ prévu le 7 Février 2018.

Et c'était repartie dans l'autre sens, refaire les valises là nous avons pris un conteneur (grosse erreur)

C'est en faisant des erreurs qu'on apprend, pas vrai ?

les filles étaient contentes et tristes en même temps tout comme Cédric et moi même, cette île allait nous manquer, nous avions pris nos habitudes, nous y avions notre petit train train. Nous avions un couple d'ami et des connaissances. Célia c’était lié d'amitié avec ses camarades de classe (qu'elle a toujours d'ailleurs) , elle a même eu droit à une fête de départ.

L'attente à l'aéroport fut plus longue que prévu en France il neigé et les pistes étaient verglacé, nous avons eu 1h30 de décalage. Alors pour nous pas de soucis mais pour Jouk qui lui était déjà dans sa caisse depuis plus de 3h c'était autre chose, j'ai demandé au personnel de l’aéroport d'aller voir mes chiens ce qui m'a été accordé sans problème (quel soulagement de les voir et de voir qu'ils allaient bien)

Nous avions retrouvé notre couple d'ami qui eux aussi rentré en Métropole le même jour que nous. Ça nous a remonté le moral de papoter avec eux avant le départ.

Nous avions le moral dans les chaussettes, nous n'avions pas encore quitté la Guadeloupe que celle ci nous manquait déjà.

Le retour ne fut pas de tout repos ! Déjà il faisait très très froid la clim était à fond, ma télé ne fonctionnait pas (juste un détail) mais mon dos me faisait souffrir à tel point que je ne pouvais rester assise. J'ai donc passé ma nuit (Oui nous avions décollé à 20h30 heure de Guadeloupe) à marcher dans les allées, à me caler debout contre les parois qui séparé les toilettes pour avoir le dos droit ... rien n'y faisait la douleur ne me quitter pas.


Arrivé à Paris au matin et là ce fut la misère pour récupérer les voitures de location, qui étaient sous la neige. Nous avions du laisser les filles à l’aéroport avec Oda, et nous sommes parti Cédric sa mère et moi même récupérer les 2 voitures que nous avions loué pour rentrer sur Noé.

De là nous avons récupéré nos filles et direction les douanes pour récupérer Jouk.

Non mais vous avez déjà été aux douanes aéroportuaires ? Non parce que la galère est un mot très faible ! Déjà pour trouver leur bâtiment, et après remplir leur papier signer les documents et aller dans un autre bâtiment payer et un autre pour récupérer Jouk.

Donc 2 heures plus tard et 250€ en moins (en plus du billet d'avion) nous avons récupéré notre toutou (aucun pipi dans sa caisse) et qu'il était heureux de nous retrouver tout comme nous aussi.

Nous disons au revoir à la maman de Cédric et nous prenons la route direction Noé...